Les patrons, tous des pourris !

Les patrons, tous des pourris ! Cas de conscience et dédramatisation

Je vous propose ici de débattre d’un thème sulfureux… Les patrons, ces incompris. Qui n’a jamais entendu un collègue ou un proche se plaindre de son patron ou du patronat en général ? Vous envisagez de monter votre propre entreprise et vous craignez la réaction de votre famille au prochain réveillon de Noël ? Alors, il est temps de déconstruire les idées reçues. Dans le monde du travail, les patrons sont souvent perçus comme des personnes qui profitent de leurs employés et mènent une vie aisée. Cette vision est cependant réductrice et ne reflète pas la réalité. Alors, certes, certains se gavent avec des salaires mensuels à 5 chiffres tout en payant leurs salariés au SMIC, mais ces cas sont plus rares que la plupart l’imaginent.

 

Idée reçue numéro 1 : les patrons s’enrichissent sur le dos des salariés !

Oui, mais pourquoi ? Qui prends des risques ? Si certains patrons peuvent gagner beaucoup d’argent grâce à leur entreprise, il ne faut pas oublier que ce sont eux qui prennent le plus de risques. En effet, lancer une entreprise nécessite un investissement financier et personnel important. Ils doivent également assurer la pérennité de l’entreprise en cas de difficultés économiques. Bien entendu, monter une entreprise est un moyen de gagner sa vie. Et même de très bien la gagner avec de bonnes idées, une gestion rigoureuse et une équipe efficace.

Les chefs d’entreprises ont pour mission de développer et de faire prospérer leur entreprise, tout en veillant au bien-être de leurs employés. Ils doivent répondre aux souhaits et aux besoins de leurs clients, ainsi qu’aux attentes de leurs partenaires financiers (investisseurs et banquiers). De plus, ils sont responsables des décisions stratégiques et doivent anticiper les éventuels problèmes afin de trouver des solutions adaptées.

Suivant l’activité, ils sont aussi responsables de la sécurité de leurs employés et de leurs clients. Prenez l’exemple d’une entreprise de transport de voyageurs, chaque jour, des centaines d’écoliers voyages dans les autocars de l’entreprise, sous la responsabilité du conducteur, mais aussi de son employeur. Avec une activité fonctionnant jour et nuit, 7 jours sur 7, le responsable de l’entreprise ne dort jamais sur ces deux oreilles. En cas de problème, il doit trouver des solutions rapidement ou assumer les conséquences d’une négligence. Cela mérite une compensation financière, non ?

Idée reçue numéro 2 : les patrons sont tous des riches ?

Ah si seulement… Contrairement à ce que l’on pourrait penser, tous les patrons ne sont pas riches. Selon les statistiques récentes, la très grande majorité des patrons gagnent environ 4 000 € par mois. Ce salaire est certes supérieur à la moyenne nationale, mais il ne permet pas de mener une vie de luxe. Il est important de préciser que la majorité des entreprises en France sont des PME (Petites et Moyennes Entreprises), qui emploient moins de 250 salariés. Les patrons de ces entreprises ont souvent des revenus relativement modestes.

Certains ont hérité d’une grande entreprise et peuvent engranger des salaires hallucinants chaque année. Cependant, ils doivent assurer la pérennité du groupe pour continuer à en bénéficier. Pour cela, ils suivent des cours de gestion et d’économie pour être capables de tenir le cap sur le long terme. D’autres arrivent à surfer sur les vagues successives des nouvelles technologies depuis l’avènement d’Internet il y a 25 ans maintenant en Europe. Cela nécessite des compétences également. Les fortunes se font et se défont rapidement dans certains cas…

Mais pour revenir au commun des mortels, ou, tout du moins, à la majorité des entrepreneurs en France, leur revenu reste raisonnable. Si le revenu moyen dans l’hexagone s’établit autour de 2 500 € par mois, accepteriez-vous d’être le chef d’entreprise pour le même prix ? Non, évidemment. Au-delà du titre pompeux de président, directeur, PDG, ou plus humblement de gérant, il y a une quantité de responsabilités et de tâches administrative à assumer au quotidien. Alors gagner 3 000, 4 000 ou 5 000 €, selon la taille de l’entreprise, n’a rien d’inapproprié.

Comparativement à un avocat, un médecin spécialisé ou un notaire, ce type de revenu est à la hauteur du statut et des missions qui en découle. Ils doivent également épargner un minimum pour se protéger en cas de faillite. Les chefs d’entreprises n’ont pas le droit au chômage… Si la boîte coule, ils n’ont pas d’indemnisation Assedic…

Les chefs d’entreprises expérimentés ont acquis des compétences en gestion. Ils savent gérer leur entreprise, mais aussi leur finance personnelle. Ils placent de l’argent pour leur retraite, car, bien souvent, la retraite d’un gérant est bien maigre par rapport à son niveau de cotisation et son revenu d’activité. Immobilier, assurance-vie, plan d’épargne retraite ou même cryptomonnaie pour certains, ils ont une vision long terme tout comme pour leur entreprise ! Ils bâtissent leur patrimoine tout comme ils ont bâti leur entreprise.

Idée reçue numéro 3 : les patrons se la coulent douce pendant que les employés sont exploités !

C’est rarement vrai pour les patrons et il ne faut pas oublier que les salariés sont payés pour ça ! Ce n’est pas de l’esclavagisme ou du bénévolat, mais un emploi effectué contre une rémunération. Si certains jugent qu’ils ne sont pas assez payés, il y a plusieurs options :

  • Le travail demandé ne requiert pas de grandes compétences, le salaire est en fonction ;
  • Le salarié n’a pas su se mettre en avant pour mériter une meilleure rémunération ;
  • Il manque de compétence, de formation ou d’expérience pour obtenir une augmentation ;
  • L’entreprise ne correspond pas à leurs attentes, dans ce cas, pourquoi ne pas changer ou créer sa propre entreprise ?

L’idée selon laquelle les patrons se reposent sur leurs employés est également fausse. En effet, les patrons travaillent généralement autant, voire plus, que leurs employés. Ils doivent gérer l’ensemble des aspects de leur entreprise, ce qui demande du temps, de l’énergie et un engagement sans faille. Le patron part à 16h30 ? Il a peut-être une réunion chez un client, un fournisseur ou il doit négocier un prêt à la banque… Ce prêt qui nécessite qu’il mette sa maison en garantie pour l’obtenir. S’il se plante, il perd tout… son entreprise et sa maison…

Qui se demande si sa journée est réellement terminée ? Il va sûrement rentrer chez lui avec son ordinateur portable sous le coude pour lire ses mails, valider une demande d’un client ou bien gérer les avis sur son entreprise publiés sur Google ou TrustPilot… Cette nuit, il va sûrement repenser au découvert de 80 000 € qu’il n’arrive pas à compenser alors que la date de versement des paies arrive bientôt… Sans argent, pas de salaire… Sans salaire, les employés vont partir et lui coller un procès aux Prud’hommes… ce qui va mettre à terre l’entreprise.

Le chef d’entreprise a une responsabilité accrue par rapport à ses employés. Il doit non seulement assurer la réussite de leur entreprise, mais aussi veiller au bien-être de ses salariés et garantir leur sécurité. De plus, il est souvent amené à prendre des décisions difficiles, comme licencier un employé ou réorganiser leur entreprise pour faire face à la concurrence. Et s’il doit vendre son entreprise, c’est plus souvent pour la sauver de la faillite que pour engranger beaucoup d’argent. Certaines entreprises sont cédées à un concurrent pour 1 € symbolique.

Bien entendu, ce tableau sombre n’est pas non plus le quotidien de tous les chefs d’entreprise. Mais une société passe par différentes phases de la création à son expansion, il y a des phases difficiles à cause d’un client qui ne paie pas une grosse commande ou qui impose des délais de règlement conséquent mettant à mal la trésorerie. Le patron doit garder le sourire et trouver des solutions pour conserver la confiance de ses équipes. Sinon, “tous les rats quittent le navire“ et la situation devient vite problématique.

Certains peuvent penser que le travail des employés est exploité par les patrons. Cependant, il est essentiel de rappeler que les salariés sont payés pour effectuer des tâches spécifiques, en fonction de leur contrat de travail et de leurs compétences. Les patrons ont tout intérêt à ce que leurs employés soient heureux et performants, car cela favorise la réussite de l’entreprise. La cohésion de l’équipe est essentielle pour motiver les employés à donner le meilleur d’eux-mêmes et à s’investir pleinement dans leur travail.

Voilà quelques arguments pour défendre votre choix d’être patron et d’avoir envie de créer une entreprise face à des détracteurs qui pensent que l’entrepreneur va toujours se goinfrer en ne laissant que des miettes aux employés. Bien entendu, cela semble bien déprimant au premier abord. Mais créer son entreprise, ce n’est pas de tout repos. Cela impose des concessions personnelles et d’investir toutes ses économies. Il n’y a pas de garantie de résultat… Fuyez ceux qui vous promettent le contraire d’ailleurs !

 

Combien ont ouvert un restaurant au début de l’année 2020, avant de se prendre la pandémie de la Covid 19 en pleine face… certains ne se sont pas relevés… Il est donc important de savoir où vous mettez les pieds. Si l’objectif est bien entendu de créer une activité florissante, vous permettant de générer un revenu confortable, cela nécessite beaucoup de réflexion et une bonne dose de motivation.

1 réflexion sur “Les patrons, tous des pourris ! Cas de conscience et dédramatisation”

  1. Merci pour cet article, effectivement, je vous rejoins, le risque doit toujours être rémunéré.
    Créer son entreprise est fait de hauts mais aussi parfois de bas comme vous le rappelez, ce n’est pas du linéaire.
    Comme dans toute population, il existe des mauvais patrons mais c’est une minorité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut